HOME PROGRAMME DIRECTION LE CHOEUR REPERTOIRE HISTORIQUE PHOTOS CONTACT ESPACE MEMBRE

AUTOUR DU CHOEUR

Nature

CONTACTS

Direction Philippe Chandor
Président Gérard Vieuille

contact1@ensemblevocalmauricedurufle.fr

contact2@ensemblevocalmauricedurufle.fr

MAURICE DURUFLE

Biographie

EN SOUVENIR DE MAURICERICE DURUFLE Par André Levasseur Ancien élève de la Maîtrise Saint Evode et du Maître M. DURUFLE

C’est à Louviers – tout près de Rouen – que naquit le 2 février 1902 Maurice Duruflé.

Son père, architecte en cette ville de l’Eure, remarquant très tôt les aptitudes musicales de Maurice, le fait entrer à la Maîtrise Saint-Evode de la Cathédrale de Rouen où il restera de 10 à 16 ans.

Il y reçoit une solide formation musicale de la; part de ses maîtres, le chanoine Bourdon, et Jules Haelling – qui voient rapidement en lui un musicien d’exception, et l’orientent alors vers Paris. A 17 ans, il est confié à Charles Tournemire et devient son assistant à l’orgue de Sainte-Clothilde. L’année suivante, il entre au Conservatoire National de musique de Paris, travaillant l’orgue avec Eugène Gigout, l’harmonie avec Jean Gallon, la composition avec Paul Dukas ; il travaille aussi l’orgue avec Louis Vienne, et devient son suppléant au grand orgue de Notre-Dame jusqu’en 1937. Auparavant il aura obtenu non moins de quatre « Premiers Prix » au Conservatoire dont, bien entendu, le Premier Prix d’Orgue. En 1942, il supplée Marcel Dupré à la classe d’orgue du Conservatoire National de musique où il est nommé, l’année suivante, professeur d’Harmonie. D’un tempérament plutôt effacé, très exigeant à l’égard de ses élèves mais aussi de lui-même, trop scrupuleux dans son écriture, il compose assez peu, mais produit par contre des œuvres de grande valeur dans lesquelles aucun détail n’est négligé. Homme de sincérité et d’une foi profonde, sa musique – toute en finesses et de subtilités – ne peut laisser indifférent. Et ses nombreuses références au chant grégorien ne peuvent cacher dans ses œuvres, l’influence de son passage à la Maîtrise de la Cathédrale de Rouen. Outre son Requiem (1947) mondialement connu, il laisse des œuvres pour orgue, pour chœur, pour piano et autres instruments.

Merci à Gérard Pécot